Rituels linguistiques

Si mes propos vous ont paru trop clairs, c’est que vous m’avez mal compris

Alan Greenspan

 

Communiquer est un acte sensiblement plus complexe que celui de simplement « transmettre par des mots ce que l’on voudrait dire ». Tout dépend de la façon dont nous nous exprimons et de ce que nous voulons réellement véhiculer, une activité qui change d’une personne à l’autre. En revanche, notre manière de parler et d’écouter est aussi profondément marquée par notre culture, la langue étant toujours le reflet d’un comportement social acquis au fil des années. Par contre, nous estimons souvent que notre façon de communiquer est quelque chose de « naturel » et avons tendance à lire et à décoder avec nos propres mots ce que les autres ont exprimé.

 

Deborah Tannen, une sociolinguiste américaine, a analysé comment hommes et femmes communiquent au quotidien, ...
Continuer à lire

Réseaux créatifs

Ne pas être curieux, c’est ne rien vouloir apprendre

Johann Wolfgang von Goethe

 

Lorsqu’on se lance dans une carrière, quel « levier » peut s’avérer le plus utile ? Non, ce n’est pas celui des compétences professionnelles, ni celui d’une bonne maîtrise des dossiers, ni même le diplôme (et encore moins, Mesdames, le quatrième, le cinquième, voire le sixième). Oubliez également l’assiduité ou votre joli minois.

 

Non, mis à part un certain don en marketing personnel, la capacité d’élaborer des réseaux créatifs et stratégiquement utiles est l’unique réponse appropriée.  Cela dit, que faut-il entendre par « des réseaux créatifs et stratégiquement utiles » ?  Si cette formule évoque tout d’abord des personnes qui, à la moindre occasion, vous tendent ou distribuent leur carte de visite, suivie par le souvenir ...
Continuer à lire

Monkey Business

Le cœur sur la main ou bien un singe sur l’épaule ?

 

S’adonner au « monkey business », ou « se refiler un singe », est une pratique répandue dans les organisations dotées d’une structure hiérarchique. Le but ? Déléguer le plus de tâches possibles du bas de la pyramide des responsabilités vers le haut. Résultat : les dirigeants voient réapparaître sur leur bureau des dossiers qu’ils avaient initialement confiés à un collaborateur, soit parce qu’ils ont « mal » délégué la tâche, soit parce que le collaborateur est dépassé par sa mission. Mais bien souvent, ce phénomène n’est rien d’autre qu’un singe qui a sauté d’une épaule à l’autre.

Oncken et Wass ont décrit ce phénomène dès 1974 dans l’un des articles les plus lus de la Harvard Business Review. Ils fondent leur analyse sur une typologie du temps de travail dont disposent les dirigeants.

Ce temps peut en effet ...
Continuer à lire

La reine, un exemple à suivre

« Chuter, se relever, ajuster sa couronne, reprendre sa route »

Il arrive de plus en plus fréquemment qu’une femme exprimant le souhait de réussir professionnellement reçoive des listes entières de stratégies à suivre et de comportements à adopter afin de mieux s’affirmer et de s’imposer face à ses concurrents. Les conseils prodigués sont plutôt d’inspiration masculine, qu’il s’agisse d’expression verbale ou non verbale : occuper l’espace, s’arroger du temps de parole, recourir aux symboles du pouvoir, ne pas hésiter à interrompre son interlocuteur, prendre et communiquer des décisions désagréables, parler de ses réussites ou encore s’assurer la meilleure place à la table. Et ils font mouche !

Celles qui appliquent ces recommandations sont souvent surprises par leur efficacité. A bien des égards, il est n’est pas du tout indispensable de peaufiner encore plus son savoir ni de consacrer ...
Continuer à lire

« Le syndrome de l’imposteur »

« Ne crois pas tout ce que tu penses de toi même »

Byron Katie

Si vous avez un sentiment d’insuffisance, si vous pensez avoir misé trop haut ou que quelqu’un s’en rendra compte prochainement que vous ne maîtrisez pas ce que vous prétendez pouvoir faire depuis des années, alors il se peut fort bien que vous soyez devenu victime du « syndrome de l’imposteur ».

Le syndrome de l’imposteur décrit un phénomène psychologique où les intéressés sont incapables d’accepter leurs succès, sont convaincus de les avoir obtenus de manière frauduleuse et sont absolument persuadés qu’ils seront découverts tôt ou tard. Les succès sont vécus comme étant la conséquence de circonstances heureuses et du hasard et toute lacune dans les connaissances, aussi petite soit elle, pourrait laisser croire que le diplôme acquis n’est pas mérité.

Ce syndrome touche tant les femmes que ...
Continuer à lire

Quid des compétences sociales (soft skills)

« L’homme qui en toutes choses veut faire profession de bonté se ruine inéluctablement parmi tant d’hommes qui n’ont aucune bonté ».

Nicolas Machiavel

Les tenants de la théorie actuelle du leadership sont d’accords : impossible de devenir un bon cadre sans compétences sociales. D’innombrables études montrent que des compétences telles que l’esprit d’équipe, la motivation, l’autocritique, l’ouverture d’esprit et l’empathie renforcent et maintiennent la satisfaction des collaborateurs. C’est pourquoi les programmes en leadership et les cours de communication modernes enseignent la perception des nuances verbales et non verbales ainsi que la pratique de la métacommunication, de l’écoute et de la paraphrase. En outre, l’authenticité est désormais considérée comme étant la caractéristique la plus importante d’un dirigeant exemplaire.

Il n’y a rien ...
Continuer à lire